Patricia Debuchy

Artiste peintre


Accueil / Home

Patricia DEBUCHY
Artiste-peintre née en 1963.

Il me faut dégager le plus de sentiments dans une peinture aboutie et personnelle et aller au plus juste, là, où la sincérité de l’engagement transcende le sujet.

Permettre le dialogue de la toile avec celui qui va la regarder et voir dans l’oeuvre le fruit de l’individu dans sa vérité la plus intime.

 

Quel est votre parcours ?
Depuis l’âge de dix ans, je voulais faire les Beaux- Arts. J’ai été élevée dans un milieu plein d’interdits qui s’opposait fortement à ce à quoi j’aspirais. Je suis entrée dans cette école dans les années 1980 et ai obtenu mon diplôme, 5 ans plus tard, avec les Félicitations du jury. Ensuite, j’ai crée mon studio de création et travaillé comme graphiste indépendante dans la publicité institutionnelle, le packaging et l’illustration.
Puis, curieuse et créative avec un sens particulier des couleurs, j’ai entrepris des études dans le textile, qui m’ont permis de travailler comme styliste dans une filiale d’ Hermès, spécialisé dans le tissage de tissus d’ameublement et les étoffes d’inspiration XVIIIème siècle et de réaliser des collections annuelles. La peinture a toujours été en gestation. Je peignais alors, des corridas, avec une certaine fièvre.
Enfin, j’ai laissé courir mes envies sur la toile en peignant la Côte d’Opale, si chère à mon coeur.

Quels sont vos moteurs ?
J’ai voulu « entrer pleinement en peinture » car c’est un art qui demande un investissement total et viscéral. J’aime me confronter à la solitude de l’atelier, car il s’y trouve une quête continue de recherches. Rien est acquis. Toujours revenir.
Quand on sort des Beaux-Arts, on dessine très bien, mais le but n’est pas là. J’ai dû apprendre à désapprendre, déconstruire ce que je savais faire pour amener de l’émotion à ma peinture, de l’intime.
Artiste du matin jusqu’au soir, j’aimerai tendre à une part d’égoïsme pour m’investir davantage. C’est encore une quête à laquelle je travaille aujourd’hui.

Quel regard portez-vous sur votre peinture ?
Comme la révélation profonde d’une aspiration au bonheur… celui de créer mais aussi celui de transmettre. Donner sens et créer un lien. C’est une peinture en mouvement, créé par la vibration des couleurs, des matières et de la lumière.
Mes peintures donnent à voir une nostalgie heureuse. Je peins souvent l’enfance au bord de l’eau : la mer, le marais, la rivière… Je ravive les souvenirs d’enfance comme un album de famille qui se transmet au fil des générations.
Je travaille en permanence à d’autres thèmes comme la figure Christique par exemple. Depuis quelques années, je fais des recherches sur la mémoire, en ayant toujours ce lien sur les voies du souvenir, de nos racines et de la société…
Un artiste fait don de soi, il donne à s’émouvoir. Libre à chacun de se ré-approprier ‘l’image »…

Patricia Debuchy by Antoine Guillot , CARNET D’ART n° 04 – Octobre 2014